L’animal de compagnie, un duo gagnant mais quel est celui qui convient le mieux  ?  Chien ou chat ?

 

Posséder un animal de compagnie, est indiscutablement un soutien précieux pour la personne âgée, tant au niveau mental que physique .

Depuis de nombreuses années,  des études scientifiques ont été  menées un peu partout dans le monde et les  effets positifs et thérapeutiques de la cohabitation  d’un animal de compagnie avec un senior, ne sont donc plus à démontrer, ceux-ci ayant été largement prouvés. Ils sont incontestables et incontestés.

Un des points principaux est de rompre la solitude et l’isolement social qui se trouvent être largement souvent le quotidien des seniors.

Avoir à s’occuper et prendre soin d’un petit être vivant et dépendant, tend à redynamiser une personne pour qui, plus grand-chose n’a d’intérêt en lui apportant un sentiment de responsabilité, remontant ainsi son estime de soi.

 

En effet, il faut prendre soin de son petit compagnon, le nourrir, le brosser, le conduire chez le vétérinaire lorsqu’il est malade ou doit avoir ses vaccins  et donc, adopter un nouveau rythme de vie.

 

C’est aussi le confident idéal, l’animal ne contredisant jamais.

 

Quoi de plus agréable qu’une boule de poils à choyer, celle-ci offrant en retour un amour inconditionnel ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plutôt opter pour un chien ou un chat ?

 

La présence d’un chien, oblige de faire des efforts pour aller se promener avec lui, ce qui favorise donc des interactions  sociales et même intergénérationnelles. Par la même occasion, c’est tout bénéfice pour la santé vu que cela permet d’entretenir sa forme physique alors que, bien souvent, arrivées à un certain âge, les personnes n’éprouvent plus l’envie de bouger. Ce bienfait n’est certainement pas négligeable vu que l’inactivité peut être source de problèmes cardiovasculaires entre autres.

Vivre avec un chien a également un effet plus rassurant qu’avec un chat lorsque l’on sait que, le plus souvent, ce sont les personnes âgées  qui sont la proie d’individus malintentionnés et qu’un chien, quelle que soit sa taille est assez dissuasif de par ses aboiements.

 

Selon la race, il faut également prévoir les toilettages plusieurs fois par an.

 

Il faut savoir que malgré tout, un chien présente plus de « contraintes » De par mon expérience, j’ai remarqué que beaucoup de gens âgés ou malades vivant en appartement, ont quand-même un chien ou souhaitent en adopter (parfois un chiot…) alors qu’ils ne sont pas ou plus à-mêmes de le sortir. Donc, pour pallier à cela, ils mettent un torchon  sur lequel l’animal devra faire ses besoins… Ils ne pensent pas un seul instant que ce n’est pas un mode de vie adéquat pour leur  compagnon car quelle que soit sa taille, un chien a besoin de promenades, de pouvoir rencontrer des congénères, bref, de se dépenser. Sans compter le fait qu’en cas de décès de la personne, entrée en maison de repos ou en incapacité totale de pouvoir encore s’occuper de son animal, il faudra lui retrouver une famille aimante et toutes ne sont pas enclines à adopter un chien qui n’est pas « propre » même si très souvent, il suffit d’un peu de patience pour le rééduquer.

 

Un chat est donc beaucoup plus indiqué dans le cas de personnes qui éprouvent de grosses difficultés pour sortir. S’il peut avoir accès à l’extérieur, l’installation d’une chatière est idéale. Malgré tout, il faudra penser à avoir une litière à l’intérieur qui devra être changée très régulièrement, le chat étant d’un naturel propre. Dans le cas contraire, il risque fort de faire ses besoins un peu partout. Tout comme le chien, il nécessite des visites chez le vétérinaire et donc il faut prévoir comment s’y rendre lorsque c’est nécessaire.   

Pour conclure, avoir un compagnon de vie à quatre pattes est donc source de bonheur mais il faut impérativement se poser la question de savoir si malgré tout on est capable de l’assumer, y compris au niveau financier.  

chien_qui_embrasse_une_main_âgée.png
chartreux.png